Contact
INNOVER POUR VOUS EN PENSANT A TOUT LE MONDE

Découvrez nos spécialités

« Tarir pour reproduire », la clef de voûte de la reproduction

Pour les animaux de rentes, le tarissement constitue une période de repos régénérateur, indispensable à la réussite de la lactation et à de bonnes performances de reproduction. Les changements d’état des vaches, des truies, des chèvres ou des brebis sont en grande partie pilotés par des mécanismes hormonaux interdépendants. Ces processus fragiles peuvent être soutenus dans les heures suivant le tarissement de manière à réduire les phénomènes inflammatoires et à allonger la période de repos de la mamelle. Par la suite, les fonctions de reproduction se relancent rapidement et sont aussi optimisées par nos méthodes. Toutefois, toutes les espèces n’ont pas les mêmes besoins. Le tarissement devra donc faire l’objet d’une conduite distincte, aussi précise que possible et adaptée à la physiologie de chaque espèce.


Le tarissement est une étape transitoire entre la phase de production laitière et la phase dite « sèche » du tarissement. Ce changement de statut physiologique est régi par un changement hormonal profond.

 

Hypothalamus et hypophyse, des acteurs majeurs de la reproduction

Au niveau de la reproduction, le changement hormonal du mammifère prend sa source au niveau de deux glandes du cerveau : l’hypothalamus et l’hypophyse. La première est le catalyseur du système nerveux central. Elle centralise l’ensemble des stimuli extérieurs (luminosité, influx nerveux, stimulation tactile,…), et, en fonction des stimuli reçus, elle produit des neuro-hormones comme l’ocytocine et la GnRH (Gonadotrophin Releasing Hormone), qui activent la glande voisine, l’hypophyse. Cette dernière sécrète à son tour d’autres hormones qui agiront sur les différents organes cibles.


Lactation et reproduction sont interdépendantes

La maturité sexuelle et la lactation sont deux exemples types du mécanisme hormonal de la reproduction. Lorsque l’animal parvient à maturité sexuelle, les niveaux d’hormones sanguines, la photopériode et le comportement de groupe vont moduler l’activité de l’hypothalamus, qui produit de la GnRH. La GnRH déclenche alors la production de FSH (folliculine) et de LH (luteinising hormone) pour amorcer le cycle sexuel et la venue en chaleur. Pour la lactation, la succion des tétines/trayons va engendrer une production d’ocytocine par l’hypothalamus. L’ocytocine va alors susciter la production de prolactine par l’hypophyse, hormone qui activera les lactocytes de la mamelle pour la production laitière.
La reproduction et la production de lait sont intimement liées. Elles sont régies par les mêmes hormones, et on constate souvent des complémentarités ou des antagonismes entre ces deux fonctions. Processus important de la reproduction, la mise-bas est le précurseur de la lactation. A l’inverse, la lactation peut bloquer la reproduction chez certaines espèces, d’où la nécessité d’une conduite efficace du tarissement adapté à chaque espèce.


Un tarissement délicat chez la vache laitière

La période de tarissement chez la vache laitière est destinée à maintenir la mamelle à un niveau sain pour conserver les capacités de production. Le tarissement marque aussi la fin de la gestation et la préparation au vêlage, les bases de la future reproduction.
Ces deux objectifs sont étroitement corrélés au fonctionnement de l’hypothalamus et de l’hypophyse. Le jour du tarissement, il faut donc, et avant tout, couper au plus vite la sécrétion lactée. Pourquoi ? Pour limiter les risques de rupture des ligaments suspenseurs provoquant le décrochement de la mamelle. Que faire ensuite ? Mettre en place le plus rapidement possible les mécanismes de défense de la mamelle : bouchon de kératine, réduction du volume mammaire, défenses immunitaires. Les 2 mois précédant le vêlage sont aussi cruciaux pour la gestation. Ils conditionnent le bon développement du veau, le bon déroulement du vêlage (tonicité du vêlage, hypocalcémie, fièvre de lait) et la maturation des follicules qui interviendront pour la reproduction après vêlage.

 

Conduite marquée du tarissement chez la brebis laitière

Au contraire de la vache laitière, le tarissement chez la brebis laitière intervient au moment où elle doit reprendre de l’état pour la mise à la reproduction. Cette étape est délicate, il faut donc éviter tout élément qui peut induire la lactation. Il faudra donc marquer radicalement le changement par un certain nombre de pratiques, afin de susciter un état de stress lié au changement : isolement des animaux de la salle de traite, adaptation de la ration, etc.

 

Prompt déclenchement du tarissement chez la truie

Chez la truie, les hormones sexuelles sont directement inhibées par les hormones de lactation. La venue en chaleur des truies intervient donc entre 4 et 8 jours après le tarissement. Plus l’intervalle entre le sevrage et la venue en chaleur est long, moins la reproduction est performante. Il peut en résulter une mauvaise venue en chaleur, une baisse du taux de réussite et de la prolificité. Le déroulement du sevrage devra donc être rapide chez la truie, afin d’assurer une prompte venue en chaleur et le maintien des tétines fonctionnelles. Là encore, il est question de mettre en place des actions précise pour un tarissement maîtrisé : réduction de la ration journalière, séparation des porcelets, passage du verrat, douche…

 

Quelle que soit l’espèce concernée, la réussite du tarissement est un facteur clef de la reproduction. Les organes impliqués doivent être soutenus par les actions nutritionnelles de manière à favoriser leur propre production et leur réceptivité hormonale. Les spécialistes du Groupe TECHNA vous accompagnent et vous orientent vers les solutions les plus adaptées en fonction de votre contexte et de vos problématiques. N’hésitez pas à les contacter !

 

A découvrir également

VELIBOL

Accompagnement de la fin de gestation et préparation au vêlage.

  • TARITRAL®

    Accompagner le tarissement des truies et des ruminants

  • VELTONIC

    Préparation au vêlage et accompagnement de la fin de gestation.