Contact
INNOVER POUR VOUS EN PENSANT A TOUT LE MONDE

Découvrez nos spécialités

Le foie, pierre angulaire d’une performance de production optimale en élevage

Fermez les yeux… imaginez-vous au volant d’une formule 1, vitesse maximale, tous les voyants sont au vert … et d’un coup plus rien.  Le diagnostic ? Une simple histoire de filtre défectueux, encrassé. Transposez maintenant cela en production animale : le filtre, c’est le foie, organe métabolique central. Il nettoie le sang, le détoxifie et joue un rôle charnière dans le bon fonctionnement de l’organisme. En cas de doute sur le fonctionnement du foie, quels constats doivent être faits et quelles actions sont à mettre en œuvre?

Baisse d’appétit, baisse d’ingestion, métrite, apparition de mammites… la réaction spontanée pour y faire face serait d’intervenir sur les conséquences par le recours à des antibiotiques ou l’enrichissement de la ration… Mais attention, car une défaillance des fonctions hépatiques peut être la source centrale de ces maux. Et comme le dit l’adage, il vaut mieux s’attaquer aux causes qu’aux conséquences. 

 

Le foie, carrefour métabolique et acteur de l’immunité

Le foie est l’un des organes les plus volumineux et les plus sensibles, en particulier chez les mammifères. Il reçoit la quasi-totalité du sang intestinal et agit pour la régulation des niveaux sanguins comme la glycémie. Ses fonctions primaires sont d’ordre métabolique, avec le maintien de l’homéostasie énergétique, glucidique et lipidique : c'est un véritable lieu de stockage de nutriments et de synthèse de protéines plasmatiques.

Ajoutons qu’il favorise la création par l’organisme de molécules complexes  (glucides, protéines, glycoprotéines) à partir d’éléments précurseurs. C’est l’anabolisme. Citons la néoglucogenèse, la synthèse du glucose à partir des Acides Gras Volatils (AGV). D’autres molécules sont aussi créées dans le foie, comme le cholestérol, impliqué dans la digestion des graisses ou des hormones stéroïdes qui gouvernent la reproduction.

Le foie assure ainsi la détoxification et l’excrétion des déchets endogènes et exogènes. Il neutralise les éléments toxiques issus du métabolisme (bilirubine, ammoniaque, cétones) puis  les transforme en éléments nutritifs recyclés ou les évacue (fèces ou urine). En cas de dysfonctionnement des processus de détoxification, les substances toxiques s’accumulent dans le foie, ce qui risque d’entraver fortement les différentes activités métaboliques des hépatocytes.

Acteur majeur du système immunitaire, il est la première barrière à tous les antigènes. Il participe ainsi au contrôle des réponses immunes, de l’inflammation et du stress.

 

Toxines et matières grasses, ennemis du foie

Le foie est fortement sollicité lors de déséquilibre alimentaire ou de transition trop rapide. Cette suractivité peut entraîner des accumulations de déchets et de toxines (cétones…). A long terme, ces déchets peuvent entraver son fonctionnement voire le bloquer. Ces troubles se manifestent de deux façons :

  • un inconfort digestif et hépatique : les animaux montrent une baisse d’appétit, une faiblesse des sécrétions biliaires et de l’activation des sucs pancréatiques ainsi qu’une détérioration de l’assimilation du contenu intestinal ;
  • une altération des autres fonctions du foie : amoindrissement des métabolismes du fer, des globules rouges et des vitamines liposolubles, ralentissement du transfert des AGV et du glucose/glycogène, insuffisance du métabolisme de l’urée et des acides aminés.

 

 

En résumé, la surcharge hépatique engendre un cercle vicieux : l’accumulation et le mauvais drainage des éléments toxiques provoquent une mauvaise valorisation des aliments et du fourrage. Une mauvaise détoxification accroît l’engorgement et un dangereux risque de baisse de la rentabilité de l'exploitation.

 

Conséquence d’une surcharge du foie sur les défenses immunitaires, la production et la reproduction en élevage

Prenons le cas de la vache laitière. En début de lactation, cet animal est soumis à  un énorme défi : l’obligation d’une production intense de lait dans un court délai.  Les vaches à fort potentiel produisent 35 à 40 kg de lait par jour. L’écueil, c’est que la ration n’est pas suffisante à elle seule pour couvrir l’ensemble de leurs besoins. L’animal doit donc puiser dans ses réserves corporelles. S’il est très sollicité, le foie peut s’engorger d’acides gras. Une stéatose ou une cétose risque de se déclencher. Conséquences ? La production laitière est pénalisée car le foie ne remplit plus totalement sa fonction anabolique. Les défenses immunitaires sont amoindries ; la capacité des leucocytes à migrer dans les tissus infectés et à lutter contre les infections est perturbée (mammites). Ceci peut avoir une incidence sur la fécondité de la vache, car la production et le transport des hormones sont entravés.

Pour d’autres espèces animales comme les lapins ou les volailles, le risque de voir des toxi-accumulations chroniques est élevé. Les défenses immunitaires peuvent ainsi se retrouver affaiblies. Il en résulte une altération de la barrière intestinale et du microbiote, amenant l’apparition de certaines pathologies (coccidiose du lapin, colibacillose entérique des volailles).

 

Comment rétablir l’équilibre d’un foie sensible ?

Un foie en bon état conditionne la bonne santé et les performances zootechniques de l’animal. Toutes actions de soutien, de détoxification et de protection des fonctions hépatiques contribueront globalement à renforcer l’état général de cet organe :

  • l’adaptation de la ration alimentaire au stade de développement de l’animal en limitant les transitions brusques,
  • le maintien des besoins énergétiques de l’animal pour ne pas provoquer un déficit et donc une mobilisation inadéquate des réserves graisseuses,
  • la détoxification du foie et la relance de l’appétit des animaux : certaines solutions nutritionnelles contenant des plantes à propriétés lipotropes, cholagogues et cholérétiques peuvent ainsi stimuler les fonctions du foie.

 
Le foie est l’organe central régissant la productivité des animaux d’élevage. Sa limite tient cependant au risque de surcharge des fonctions de détoxification. En cas de problèmes liés au foie, il est possible d’agir efficacement sur le drainage de cet organe. N’hésitez pas à contacter nos experts pour disposer des réponses adaptées.

 

A découvrir également

EPATRAL

Soutien des fonctions hépatiques de digestion et de détoxification.

  • DETOXEL

    Soutien hépatique en période de production